L’ostéopathie, même au débourrage !

Que ce soit pour un cheval au débourrage, en rééducation ou tout simplement au travail, j’ai besoin d’être sûr qu’il n’y est aucun blocage.

Pour moi, c’est à partir de là que je vais pouvoir travailler correctement le cheval. Lorsqu'un cheval rencontre des blocages ostéoarticulaire, ce dernier va compenser et donc ne développera pas une musculature équilibré. Ou si cela l'empêche de faire un mouvement, alors il peut devenir rétif.


Que soit sur l’aspect physique (musculaire) ou comportemental si un blocage est présent alors d’autres soucis arriveront très vite.

Imaginez vous faire de la gymnastique avec un torticolis, cela va rapidement être compliqué !


Par exemple, lorsque mon cheval se bloque quelque chose, dans les mouvements d'assouplissements il va repasser au pas dès qu'il vient "forcer" sur son blocage. Malgré que ce soit un cheval froid aux jambes, il s'est vérifié à chaque fois que l'on avait un soucis locomoteur quelque part.

Si je le force à faire les exercices sans l'écouter alors je vais très rapidement arriver à le rentre rétif car il ne peut tout simplement pas.

ATTENTION, tous les chevaux rétifs n'ont pas forcément de blocages locomoteur, cela peut seulement être l'une des causes.

 

Il y a quelques temps, j’ai eu un cheval au débourrage qui à la longe rétivait. J'avais était prévenu par le propriétaire.

Sur le cercle à gauche, il faisait demi tour au trot et dès qu’il préparait le départ et à droite il galopait à gauche.


Pour le trot, le problème à été assez rapidement réglé. En remettant le respect à pied en place, le fait qu'il cède à la pression et en travaillant sur le désengagement, il a vite comprit qu’il était inutile de partir dans l’autre sens.


Après avoir corrigé le trot, il était normalement plus facile de travailler le galop car les bases était acquises mais cela n’a rien changer et je voyais bien que le problème n’était pas que comportemental.


Lors de la visite de l’ostéopathe, un blocage donnait une première explication de son mauvais fonctionnement.


La semaine suivante nous avons repris le travail en douceur afin d’observer les changements. A la longe, le poulain a proposé de lui même du galop à main gauche. C’était très timide et exécuté surtout en accélérant le trot petit à petit.

Qeulques foulées après, il a refait un demi-tour mais cette fois c’était comportemental. A force de faire des demi-tour car trop dure physiquement, il avait pris le plis dans le comportement.

On a travaillé foulée par foulée pour qu’il retrouve son confort et n’est plus l’envie de partir. En deux séances il avait compris son intérêt.


Si l’ostéopathe n’avait pas pu passer je n’aurais sans doute pas pu finir le débourrage au galop au risque d’avoir dès les premières foulées des comportements non voulu de la part du cheval et compromettre le reste du travail effectué.


Diane

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout