Les 5 sens

Dernière mise à jour : 3 juil.

des différences qui font beaucoup

La vue

La vue du cheval s’est développée d’une façon différente de celle de l’homme.


Premièrement, elle est beaucoup plus large, presque panoramique. Cela permet de pouvoir surveiller son environnement et détecter un prédateur.

Cependant, il possède des zones aveugles comme derrière lui, le long de sa ligne du dessus et en dessous, ainsi que directement devant lui.


Ensuite, la vision du cheval est plus focalisée sur le mouvement, c’est à dire qu’il perçoit mieux les choses qui bougent de ce qui est fixe.


Toutes les couleurs ne sont pas perçues de la même façon que nous. Seuls le bleu, le vert et le jaune le sont.


Lors de gros changements de lumière, il est plus long pour lui de s’adapter, cependant il voit mieux que l’homme dans les endroits sombres.

L’ouïe

Le champ auditif du cheval est bien supérieur au nôtre puisqu’il entend des ultrasons. A l’inverse, le cheval ne va pas entendre les basses fréquences comme les sons graves.


La forme de ses oreilles lui permet une grande capacité auditive.


Les oreilles et les yeux sont reliés par connexion nerveuse, c’est pour cela que le cheval oriente sa tête lorsqu’il entend un bruit. Ce sont les deux sens qu'il utilise le plus.



L’odorat

Le cheval possède un odorat très développé. Il a d’ailleurs un organe spécialisé appelé organe voméronasal ou de Jacobson. Celui-ci permet d’analyser les molécules émises par les congénères, les phéromones contenues par exemple dans l’urine des juments en chaleurs. C’est lorsque le cheval fait le flehmen qu’il utilise cet organe si particulier.


Le goût

Comme l’homme, le cheval est capable de distinguer le sucré, le salé, l’acide et l’amer, il est d’ailleurs très sélectif dans le choix de son alimentation.


Le cheval ne peut pas vomir, donc il faut faire attention à ce qu’il mange.

Le toucher

Selon la zone du corps, le cheval ne va pas avoir la même sensibilité. Les jambes vont être moins sensible que le dos et la tête. Il possède des muscles qui lui permettent de faire vibrer sa peau, les muscles peauciers. Le cheval est très sensible au toucher, il frémit dès lors qu'un insecte se pose sur sa peau. Cela ne l'empêche pas de se gratter avec les dents ou le sabots lorsque ça le démange.

Comme d’autres animaux il possède des vibrisses, elle se situent autour des yeux et des lèvres et sous le menton. Ils permettent de détecter un objet qu’il ne voit pas sous lui par exemple.

 

Avec tout ça vous devriez pouvoir déjà mieux comprendre certaines réactions et/ou peur de votre cheval !

Et si vous avez envie d’en savoir plus, n’hésitez pas à participer aux stages que je propose régulièrement.

Diane
8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout